Alerte sécurité entreprise – Mise en garde sur appels à publication d'encart publicitaire

Publié le 06/07/2016

Le gérant d'une société jurassienne est contactée par une personne se réclamant de la Gendarmerie, qui collecte des fonds pour organiser un gala au profit des familles des forces de l'ordre ayant subi une perte en mission.


Il explique que ce type de manifestation a lieu tous les 3 ans et sollicite une somme pouvant aller de 450 à 8 000 euros.


Un bon de commande est transmis par internet à l'entreprise à la suite du contact téléphonique.
Au reçu des documents à l'entête du Ministère de l'Intérieur présentant « le Guide Secrétariats Généraux pour l'Administration du Ministère de l'Intérieur » SGAMI avec bon de commande numéroté, tout prend la forme d'un contrat en bonne et due forme.
Si la société intermédiaire « NEP » existe bien, elle valide le fond de l'affaire mais est étrangère aux méfaits commis car elle mandate des commerciaux indépendants qui usent parfois de faux arguments pour parvenir à leurs fins.


Préconisations :

- Le démarchage par téléphone et internet reste un exercice particulièrement développé contre lequel il convient de se prémunir et redoubler de vigilance.

- Dans le contexte actuel, l'argument de vente ou de placement mettant en avant les forces de l'ordre est porteur et joue sur la sensibilités des citoyens.

- Après contact avec NEP, les documents parvenus à l'entreprise n'engagent aucunement le dirigeant qui reste libre de faire paraître ou non un encart publicitaire dans la revue proposée.

- Ne traiter qu'avec des correspondants locaux ou clairement identifiés.

- En cas de doute effectuer des recoupements : se procurer le journal, la revue, etc... et contacter des annonceurs déjà engagés et connus pour leur notoriété.

- Ne jamais s'engager sur des sommes importantes et exiger un paiement en plusieurs étapes : partie en vue de la publication – solde lorsque l'encart est effectivement publié et conforme au contrat signé.

- Lorsque des vendeurs se réclament de la police ou de la gendarmerie ou tout autre service public, une vérification à la source permet de valider la bonne foi du démarcheur ou de démasquer l'arnaque.

- Si vous êtes victime, n'hésitez pas à déposer plainte si vous le souhaitez auprès des services de police ou de gendarmerie ou faites une déclaration directement sur le site de pré-plainte en ligne https://www.pre-plainte-en-ligne.gouv.fr ;

- Signalez cette arnaque sur le site www.internet-signalement.gouv.fr

- Consulter le site de l'agence nationale de sécurité des systèmes d'information (ANSSI) pour vos actions de sensibilisation et réparation d'atteinte à vos outils numérique : www.ssi.gouv.fr

 

Voir toutes les actualités